Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

HISTORIA MEMORIAE

HISTORIA MEMORIAE

La Reconstitution historique, l'Histoire Vivante et l'évocation historique dans une approche sérieuse de la restitution visuelle et de l'animation. L'archéologie expérimentale, l'expérimentation, le patrimoine, le jeu de société, le cinéma, le théâtre, le documentaire et le roman historique, la BD... historiques sont aussi abordés.


PORTRAIT... Charles Sandro (Viaromana)

Publié par Le cédéiste sur 24 Juin 2020, 17:28pm

Catégories : #Interviews, Portraits

La parole, aujourd'hui, est donnée à Charles SANDRO  de l'Association Viaromana qui aborde les projets sur lesquels il travaille. Vous découvrirez combien ceux-ci sont d'une grande et belle richesse : magnifique ! Là encore, quel travail de passionné !

Mon entrée dans le monde de la reconstitution historique remonte à 2009, date à laquelle j’ai rejoint l’association  Viaromana, que je n’ai  jamais quittée depuis. Je ne vais pas vous présenter à nouveau notre association, notre président-centurion,  Sébastien Lemoine, l’a déjà fort bien fait dans une de vos précédentes interviews. 

Rentrer dans une association de reconstitution n’était pas pour moi une démarche évidente. J’avais une vie professionnelle bien remplie et je tenais à garder un équilibre entre vie privée, vie associative et travail.  Mais mon « virus » pour l’histoire antique a pris le dessus dans ma démarche. Ce virus est d’ailleurs très ancien et remonte à l’enfance et la découverte, dans le grenier familial, d’une édition pour la jeunesse d’un album, « l’Iliade et l’Odyssée » aux éditions les Deux Coqs d’Or. Un album « magique » pour beaucoup de ceux qui l’ont eu en main  et qui est toujours en bonne place dans ma bibliothèque. Un site internet a d’ailleurs été consacré pendant un temps à cet album, c’est dire !

Mes débuts avec Viaromana furent d’abord militaires, comme pour beaucoup, et j’ai passé quelques années à marcher en rang, courir, donner des coups de glaive et de bouclier et lancer des javelines. Mais si le port de l’équipement de soldat est très prestigieux (je n’ai jamais été autant photographié de ma vie !), sa vie me semblait assez monotone lors des prestations. Il faut dire aussi que le corps commençait à avoir des difficultés à suivre. Il faut savoir être raisonnable !

Je me suis donc tourné vers d’autres centres  d’intérêts. J’ai d’abord développé un atelier sur les cultes domestiques tout en mettant en place, avec certains de mes camarades, les cérémonies religieuses militaires  que nous présentons toujours au public.

La religion « privée » des anciens est un thème particulièrement intéressant à faire partager au public. Elle permet certainement d’approcher au plus près de la mentalité des hommes et des femmes de cette époque et le parallèle avec les religions monothéistes provoque toujours de passionnants débats et même parfois des réactions surprenantes : on me demande parfois si je « crois »réellement aux Dieux de l’Olympe. Ce type d’atelier demande pas mal de travail de recherche et beaucoup de temps passé à fabriquer des laraires (je dois en être à mon 12ème !) mais c’est un univers absolument passionnant à découvrir et à faire partager au public.   

Mais je ne me suis pas arrêté en si bon chemin ! Mes lectures d’auteurs antiques avaient attiré mon attention sur les « Acta diurna populi romani », le journal du peuple romain, dont  Il serait trop long de faire ici une présentation exhaustive. Avec un  de mes camarades de l’association, nous nous sommes mis en tête d’essayer de présenter une animation autour de ce thème en reconstituant des nouvelles datant du milieu du règne de l’empereur Claude. Et nous nous sommes pris au jeu !

Nous essayons de respecter la forme et la teneur des nouvelles grâce aux rares indices laissés dans la littérature antique. Elle est présentée sous forme d’intervention d’un crieur public, un praeco en latin. C’est très amusant à faire, (on a un peu l’impression de faire du « stand alone », les rires en moins) et cela permet d’aborder pleins de thèmes sur la civilisation latine, les comportements sociaux, la « petite » comme la «grande »  Histoire. C’est une animation qui est toujours très remarquée par le public et qui suscite elle aussi une grande curiosité et de multiples questions.

Ces dernières années, je me suis également  tourné  vers les superstitions et les  pratiques magiques dans le monde antique.  Encore beaucoup de recherches et de créations : des tablettes de défixio (malédiction) et plein d’autres accessoires utilisés en magie antique. C’est un atelier qui intéresse fortement les gens  mais vu le sujet, il faut toujours l’aborder avec un peu d’humour pour dédramatiser.(Heu…si ça vous intéresse, j’ai encore des lamelles de plomb vierge… moyennant quelques  sesterces je peux vous arranger certains problèmes…). Mais cela constitue  une approche passionnante des croyances profondes  de nos ancêtres et permet d’un peu mieux comprendre  leur mentalité et leurs préoccupations.

Depuis quelque temps je m’efforce aussi d’apporter de nouvelles idées pour la présentation des animations proposées par l’association, en leur donnant un aspect plus ludique sous forme d’histoire scénarisée qui nous permet de lier entre eux différents temps forts de nos présentations au public. Cela amène un peu de renouveau dans la forme mais également, je l’espère, un plaisir renouvelé pour les membres de l’association qui prennent cela comme un jeu mais aussi comme un petit moment d’immersion. Dernièrement,  j’ai écrit et organisé, à la demande des services archéologiques de l’Oise, tout le déroulement d’une cérémonie de crémation avec toutes les  explications  concernant  le rite funéraire en voix off  et une partie plus théâtralisée pour faire « vivre » la scène. Cela constitue toujours un travail très important d’écriture et de recherche en amont mais quel plaisir de le présenter et de le voir apprécié tant par le public que par mes camarades qui  participent tous à la mise en scène.

Voilà pour résumer mes activités au sein de l’association Viaromana toutes ces dernières années, une grande partie, en réalité, est constituée de travail de recherche et d’écriture en amont et de pas mal de bricolage à la maison. Mais c’est un peu le lot de tous les reconstituteurs. 

C’est la passion d’apprendre et de faire partager qui nous anime tous.

La crise actuelle du Covid -19 risque de faire beaucoup de dégâts au sein du monde associatif mais je suis certain que celui de la reconstitution possède en son sein assez d’énergie et de volonté pour surmonter cette épreuve… quand on voit le chemin parcouru par de simples bénévoles sans beaucoup de moyens au départ, on ne peut qu’avoir confiance en l’avenir !

Que les Dieux vous soient favorables !

Conflans Ste Honorine le 24juin 2020

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents